dimanche, septembre 17, 2006

« LES JEUNES FONT LEUR CINÉMA » AU MUSÉE BERNADOTTE.

L’association « les jeunes font leur cinéma » regroupe des lycéens et des collégiens de la région paloise, et a pour objectif de réaliser des films en impliquant des jeunes dans toutes les phases de production.

Nous avons tourné plusieurs scènes de notre premier film au musée Bernadotte.
Ce film raconte l’histoire de deux frères issus d’une grande famille de capitaines d’industrie. Il nous fallait « générer » leur espace privé, et cet espace devait être fortement suggestif : Il devait « planter le décor » ( suivant l’expression ), mais plus encore « planter les valeurs » des personnages.
Nous avons d’emblée pensé au musée Bernadotte. Nous avons donc demandé l’autorisation d’y tourner. Et Monsieur le Conservateur a eu le gentillesse de nous l’accorder.
Cela reste une grande expérience pour nous tous. Elle est difficile à définir, je vais essayer d’en détacher quelques éléments :
Tout d’abord, il y a la magie du lieu : Niché au cœur de Pau, incrusté dans la rue tel un diamant brut… Sans ostentation… Quand on passe la petite cour pavée, puis la porte d’entrée, on a le cœur qui se serre et vacille… sans savoir pourquoi…
Et puis, il y a l’intérieur. Que nous avons « habité » quelques heures. Nous avons improvisé un vestiaire au rez-de-chaussée, empiétant quelque peu sur « l’espace vital » du guide, et nous avons tourné plusieurs scènes au premier étage ( et sur le balcon ).
Là encore, point d’ostentation : Le mobilier est sommaire, et les pas résonnent sur le parquet. Mais l’air vibre, comme s’il avait une mémoire. Est-ce le réseau des tableaux et gravures ?… L’air vibre… Et nous avons eu le sentiment que c’était le lieu lui-même ( ou ses hôtes ) qui parfois, au gré d’une inflexion ou d’un sourire, parlait par la bouche des acteurs…
Il y a des indices qui ne trompent pas : Nous avons tourné dans des endroits plus « spectaculaires » ( par exemple la salle des Ambassadeurs du Palais Beaumont ) que le musée Bernadotte. Ils ont fait grosse impression sur le moment. Mais plus le temps passe, plus s’impose à la mémoire l’indicible présence du musée Bernadotte.
Une dernière chose : Le titre du film est « Ambre et Opium ». Nous l’avons trouvé après le tournage. L’inspiration est insondable, mais je suis convaincu que nous devons l’ambre au musée Bernadotte.
- Patrice Debrabant, Président de l’association les jeunes font leur cinéma.